Comment on soigne un trouble de conduite alimentaire ?

Je demande à toute personne souffrante d’avoir un suivi régulier par leur médecin traitant, et/ou d’autres professionnels de la santé – nutritionniste, diététicienne, endocrinologue, psychiatre…

Deux Mots Clés – Compassion et Curiosité.

Les souffrants de TCA portent souvent sur eux-mêmes un regard de jugement, de dureté, et de désapprobation. Quand on est figé dans le jugement, c’est difficile de trouver des solutions à son comportement alimentaire – on essaie, justement, de faire taire cette voix « méchante » en mangeant, ou bien en se privant.

Deux mots clés qui guident la psychothérapie sont les mots compassion, tout d’abord, puis, la curiosité. La compassion, parce que, si vous êtes sous l’emprise d’un TCA, vous faites cela parce que vous ne savez pas faire autrement. Il y a un sens, et une signification, à ce que vous faites. Si vous saviez intervenir d’une autre manière à votre détresse, vous le feriez. Or, quand on peut porter un regard de compassion sur le comportement, du coup, on peut commencer à être curieux, à comprendre ce que cela vous apporte, et peut-être trouver d’autres solutions possibles à des moments difficiles.

Un autre mot clé… La motivation…

En psychothérapie, on n’y peut rien sans vous, sans votre motivation, et sans votre envie de vous rétablir. Cela implique de devoir prendre des petits risques, et de tester des nouvelles choses. On ne fait pas cela à toute allure, mais on prend le temps ensemble de poser des nouveaux actes, et d’en examiner les résultats après. Toute petite action aura un effet sur votre corps, et votre psychisme. Il faut trouver une allure qui vous convient. Parfois, on peut effectuer quelques changements plutôt rapidement, parfois, c’est plus difficile. L’enjeu demande de ne pas rentrer dans le jugement quand il semble que l’on “avance pas”, car parfois, il faut avancer psychiquement avant de pouvoir remanier davantage le comportement alimentaire.

La motivation peut changer de jour en jour – parfois on est bien capable de faire un effort – et à d’autres moments, ce n’est pas possible. La psychothérapie vous aidera à comprendre ce qui crée ces mouvements dans la motivation. Sachez que même pour des personnes sans troubles alimentaires, on n’est pas toujours à même de commander la motivation comme on aimerait. On est des êtres complexes. Le but est l’apaisement de votre relation à la nourriture, et à votre corps. Chaque jour, et chaque heure de la journée est différent, et le mieux-être n’évolue pas en ligne tout droit. Encore une fois, cela ne veut pas dire que vous ne cheminez pas dans votre rétablissement si vous avez des épisodes de rechute.

Tout cela est expliqué en plus de détail, et d’une manière plus personnelle, lors de vos séances en psychothérapie.